Le Croissant : un carrefour linguistique

Guylaine Brun-Trigaud

Citer cet article

Référence électronique

Guylaine Brun-Trigaud, « Le Croissant : un carrefour linguistique », Langues et cité [En ligne], 30 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.languesetcite.fr/208

Le domaine des parlers du Croissant ne présente pas de traits linguistiques qui lui soient propres, contrairement au francoprovençal : les principaux traits discriminatoires entre les aires des dialectes occitans et ceux d’oïl s’y entrelacent et s’y mêlent pour former une zone relativement hétérogène. À cet effet d’entrelacs des faits phonétiques, toujours curieux aux oreilles des locuteurs voisins d’oc ou d’oïl, s’ajoute aussi le constat que la position géographiquement centrale du Croissant engendre également une situation de carrefour, de point de rencontre pour le lexique dans le domaine gallo-roman.

Ainsi parmi les termes provenant de l’Ouest, on peut citer le terme mestivar “moissonner” qui, à partir du Poitou, vient s’étendre jusqu’au centre de la Creuse, tandis que la partie orientale du Croissant est occupée par meissonnar ; d’autres mots comme nousille “noisette” ou cendrille “mésange” occupent la même aire.

Carte 1

Image 10000201000001410000009BCFEA65F445DCE18F.png

Répartition géographique du terme meissonnar, « moissonner », et de ses variantes

© Guylaine Brun-Trigaud

Le Croissant peut aussi être le point extrême d’aires méridionales : le mot tranuge (tranuga en occitan du Sud) qui désigne le “chiendent” occupe une part importante du domaine en concurrence avec les termes chiendent et grame, ce dernier emprunté au parlers francoprovençaux. Fraisse “frêne” et chaucide “chardon aux ânes” sont dans la même configuration.

Carte 2

Image 10000201000001410000009B84870C157CA86004.png

Répartition géographique du terme tranuge, « chiendent », et de ses variantes

© Guylaine Brun-Trigaud

Un terme dont l’origine est controversée provient de l’Est : il s’agit de la racine maz-, dotée de nombreux suffixes (masade, masette, mase, masotte) servant à désigner la “fourmi”, dont l’occurrence est unique dans les langues issues du latin. Cette racine s’étend jusqu’au centre de la Creuse, entourée par le mot fourmi qui sous des formes variées occupe le reste du territoire.

Carte 3

Image 10000201000001410000009B7A82A78320BCF713.png

Répartition géographique des termes dérivés de la racine maz-, désignant la fourmi

© Guylaine Brun-Trigaud

Les termes venus du Nord sont bien sûr assez nombreux, liés aux progrès de la francisation. Néanmoins certains n’appartiennent pas au français standard : par exemple pour les termes désignant le “noisetier”, on relève la caure qui pénètre dans les parlers occitans jusqu’au sud de la Creuse, laissant plus au nord le terme noisetier, tandis que le Sud-ouest est occupé par nosilhièr et le Sud-est par les dérivés variés du latin avelana.

Carte 4

Image 10000201000001410000009BB692E274A506C368.png

Répartition géographique des termes désignant le noisetier

© Guylaine Brun-Trigaud

Parfois deux termes bien circonscrits géographiquement se partagent le domaine : c’est le cas de ceux qui désignent un “creux dans un arbre” ou par extension un objet creux, la gorle dans la partie Ouest et la cabotte ou carabotte dans la partie Est. D’origine inconnue, ils sont certainement très anciens.

Carte 5

Image 10000201000001410000009B6BBD461D1AD45731.png

Répartition géographique des termes désignant « un creux dans un arbre », et par extension un objet creux

© Guylaine Brun-Trigaud

Cependant, si aucun terme ne semble propre aux parlers du Croissant, certaines désignations, originales dans le paysage linguistique gallo-roman voire même pan-roman, en recouvrent une partie plus ou moins importante : c’est le cas des noms du “bouleau” tous dérivés d’une racine d’origine gauloise *betw, mais parmi lesquels betou < *bettullu est unique au sein des langues romanes.

Carte 6

Image 10000201000001410000009B47C65D146800FB48.png

Répartition géographique des termes désignant le bouleau

© Guylaine Brun-Trigaud

Ce bref aperçu de la structure lexicale des parlers du Croissant montre que, au-delà de l’agencement complexe des faits phonétiques et grammaticaux, il existe d’autres strats qui organisent le paysage linguistique, auxquels il faudra porter une attention particulière dans les recherches à venir.

Carte 1

Carte 1

Répartition géographique du terme meissonnar, « moissonner », et de ses variantes

© Guylaine Brun-Trigaud

Carte 2

Carte 2

Répartition géographique du terme tranuge, « chiendent », et de ses variantes

© Guylaine Brun-Trigaud

Carte 3

Carte 3

Répartition géographique des termes dérivés de la racine maz-, désignant la fourmi

© Guylaine Brun-Trigaud

Carte 4

Carte 4

Répartition géographique des termes désignant le noisetier

© Guylaine Brun-Trigaud

Carte 5

Carte 5

Répartition géographique des termes désignant « un creux dans un arbre », et par extension un objet creux

© Guylaine Brun-Trigaud

Carte 6

Carte 6

Répartition géographique des termes désignant le bouleau

© Guylaine Brun-Trigaud

Guylaine Brun-Trigaud

Ingénieure CNRS, Laboratoire Bases, Corpus, Langage (UMR 7320), Université Côte d’Azur, Nice

Articles du même auteur