Poésies / Puesie

A me lingua / Ma langue

Pascal Ottavi et Sonia Moretti

p. 18

Référence(s) :

Pascal Ottavi, traduit par François-Michel Durazzo, Altrò, 2007, Ajaccio, Albiana.

Sonia Moretti, traduite par elle–même, Puesie di a curtalina, 2009, Ajaccio, Albiana/CCU.

Citer cet article

Référence papier

Pascal Ottavi et Sonia Moretti, « Poésies / Puesie », Langues et cité, 22 | 2012, 18.

Référence électronique

Pascal Ottavi et Sonia Moretti, « Poésies / Puesie », Langues et cité [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 14 juin 2023, consulté le 22 avril 2024. URL : https://www.languesetcite.fr/489

Pascal Ottavi, traduit par François-Michel Durazzo, Altrò, 2007, Ajaccio, Albiana.

Inglessa di a me zitillina
Chì ùn aghju po cercu
Tandu
D’ammasgiulatti ?
Tù, lingua meia,
A me carne ghjallinina,
Ma s’è tù sapissi
Oghje
Quant’è tù mi frighji…

Fêlure de mon enfance
Que n’ai-je alors
Cherché
À t’amadouer ?
Toi, ma langue,
Ma chair de poule,
Si tu savais
Aujourd’hui
Combien tu me fais mal…

 

Sonia Moretti, traduite par elle–même, Puesie di a curtalina, 2009, Ajaccio, Albiana/CCU.

Lascià
a so memoria
nantu una pagina
cum’ellu si lascia
sfattu è apertu
u lettu a matina
à purtelli spalancati
ch’ellu si rinfreschi
d’un odore
di mundu novu.

Laisser
sa mémoire
sur une page
comme on laisse
son lit défait le matin
fenêtre grande ouverte
qu’il se rafraîchisse
d’une odeur
de monde nouveau.